Terres nues - Les Editions de Juillet

Merci de nous indiquer la quantité souhaitée

-

Terres Nues est un projet original dans le travail de Jean Hervoche, photographe voyageur en quête de paysages solitaires. Dans ses images, la figure humaine surgit pour nous rappeler notre humanité, face aux éléments les plus rugueux de la nature. Joël Vernet, poète et écrivain, pose ses mots sur les photographies et nous délivre un hommage aux éléments et aux hommes.

100 pages - ± 50 photographies

Format 220 x 250 mm - Impression en bichromie

Couverture cartonnée et toilée - ISBN : 978-2-36510-059-5

---------------

SOUSCRIPTION JUSQU'AU 15 SEPTEMBRE 2018

Les éditions de juillet vous proposent une souscription exceptionnelle :

Option 1 - l’édition courante : un livre dédicacé par l’artiste au prix de 30 euros, hors frais de port (35 euros en librairie), que vous recevrez chez vous en avant-première.

 Option 2 - l’édition de tête : un livre dédicacé par l’artiste et un tirage signé de la photographie de couverture au format 15 x 15 cm au prix de 90 euros, que vous recevrez chez vous en avant-première. Offre limitée à 30 exemplaires.

---------------

"Sur une planche jetée dans l’herbe où s’évertue tout un peuple de fourmis, d’insectes, de mouches, de lézards, j’ai posé les images de Jean Hervoche, ce photographe des éblouissements nordiques, des lacs fracassés, des ciels miroitants, de la fusion qui monte des profondeurs. Sous les fleurs printanières, j’invente un bleu qui n’existe nulle part, mais qu’importe. La vie reprend vie. La terre s’échauffe. Les nuages ne sont plus des glaciers. Les neiges fondent. Des fêtes se préparent. Des amoureux ouvrent le bal. Des gens sérieux veillent un mort et c’est la nuque d’une femme, que j’imagine belle, que fixe mon regard. La vie, la mort sont une grande maison dans laquelle s’engouffrent toutes les intempéries, les meilleurs soleils, les belles espérances. On est à l’étroit souvent entre ces deux échéances: il nous faut donc élargir les paysages, pousser des portes, faire s’effondrer des barricades, des clôtures sans prétention. Les paysages explosent dans un silence assourdissant.

Ce silence, je l’entends dans les photographies qui tremblent dans ces pages. C’est vers lui que j’ai toujours marché. Quand je l’entends ici sourdre de la terre, je puis me dire que tout n’est pas perdu, que certains êtres savent prendre soin, s’aimer, entrer dans la fête,  que la Nature dans ses robes de très belle lumière, sait nous montrer sa résistance, nous épargner peut-être ce lointain chagrin qu’elle ne veut pas adresser aux générations futures, à tous ces enfants qui naissent ici ou là, avec la belle ambition de vivre tout simplement. Toutes ces photographies, je les regarde comme l’on regarderait une lampe dans la nuit, une toute petite lampe qui éclaire miraculeusement nos chemins. Trouée vers le Sud, vers la fin de l’hiver. Non que le Nord n’ait pas sa lumière, pas du tout. Mais les deux pôles nous éclairent comme deux lanternes, et c’est toujours la vie dont j’entends l’imperceptible murmure partout où je vais, vois, et contemple à la façon d’un photographe sans appareil. Dans mon jardin, sous le sureau, c’est ce voyage que je viens d’entreprendre grâce aux images de Jean Hervoche, ce livre nous permettant de les disperser un peu mieux dans l’azur.

Au fond, un livre est un oiseau aux mille ailes. Le photographe a permis son envol en regardant le ciel et la terre, inlassablement, traversés par la beauté poignante de silhouettes."

Joël Vernet